Noël à la caleta, Pâques à la favela

Un petit message bref et informatif depuis Ushuaia, où nous avons été rejoint par Marie et Ber.

Bonne synchro avec le message de Laure (en fait, je devais mettre en ligne hier soir, mais le local ferme la nuit et la lenteur du wifi conjuguee avec le froid a eu raison de moi vers 2h du matin… je vous passe les details, mais dans la bataille j’ai perdu les accents sur le clavier, donc pardon pour les orthgographes approximatives). Voici donc malgre l’adversite quelques photos du parc naturel de Torres del Paine, pour completer la description de Laure. Rappel du menu : une nuit en refuge et une promenade en bateau, observation de la faune locale et tests des capacités coupe-vent de nos vêtements.

Apres cette entree en matiere, une pause par Puerto Natales :

Et enfin la suite du programme apres avoir laisse Laure retourner a Puerto Natales. Comme explique dans son message precedent, ca se passe dans les canaux de Patagonie et leurs caletas, petites criques où nous mouillons le soir après avoir arrimé Da Boat à quelques arbres en plus de l’ancre, pour se proteger des coups de vent (le vent est une sorte de theme recurrent, par ici). Le but est Puerto Williams, porte de sortie du Chili pour aller à Ushuaia. Pour cela nous quittons le canal de Magellan pour le canal Cockburn (pour les poètes), et nous rejoignons un bref mais intense instant le Pacifique qui nous attendait là avec un bon vent contraire et de la houle qui auraient presque arrêté le bateau s’il y avait eu 5-10 noeuds de plus; au sud du 54è parallèle on fait pas toujours le malin. Puis nous poursuivons plein est et entrons dans la canal Beagle (en fait, il s’appelle ballenero dans sa partie occidentale), c’est plus simple avec le vent dans le dos et nous pouvons nous régaler devant la Cordillère Darwin que nous longeons par le sud. Le 24 s’annonce avec un fort vent et le 23 au soir, nous nous terrons dans une caleta pour passer le réveillon de Noël au calme. Durant la manoeuvre d’accrochage des cordes aux arbres environnants (comme dit plus haut, j’en vois qui ne suivent pas), Guillaume qui a l’instinct du chasseur en éveil repère des crabes depuis l’annexe. Trop tard pour la pêche, remise au lendemain, arfff. Le 24 donc, après une bonne grasse matinée, pêche au crabe, je suis aux fourneaux, et nous démarrons la veillée vers 14h. Après un hommage à Epic Meal Time (www.youtube.com/user/EpicMealTime) histoire de se caler l’estomac, nous enchaînons avec des plats plus raffinés, dont les deux crabes qui étaient d’humeur coopérative, par chance. Un grand merci pour le foie gras, champagne, les chocolats, décorations de noël, cartes de voeux et tutti, grâce à quoi ce Noël avait un goût agréable de chaumière française au milieu de la Patagonie.

Repus et reposés, ayant aussi laissé passer le coup de vent, nous cheminons vers Ushuaia, après une halte administrative à Puerto Williams. Encore quelques réparations à faire, en particulier le foc à démonter pour changer des tuyaux de l’enrouleur que Laure nous avait amenés. Descendre l’étai de foc (18 mètres de câble et de tuyaux d’alu trop flexibles pour tenir une quelconque forme) au milieu du vent à décorner les lamas, sur un ponton de lattes de bois espacées juste assez pour laisser passer toute sorte d’outils, ça ne paraissait pas gagné, mais c’est maintenant chose faite, avec un temps record d’un jour et demi (merci a Marie et Ber pour la main d’oeuvre). Nous enchainons donc, direction le cap Horn, yeehaa !

Bises et encore merci pour tout !

pour Da Boat, la Kisse

Laisser un commentaire