Guadeloupe

Nous arrivons a la Marina de Bas du Fort, un peu au Sud de Pointe a Pitre. L’accueil est agréable, et nous retrouvons une ambiance de ponton « a la Française ». La communauté des marins se salue, s’échange leurs récits d’étapes précédentes ou suivantes, et des histoires de guerre. Je peaufine ma recette de caïpirinha au fruit de la passion quand nous recevons des voisins s’étant lances dans l’aventure XXL sur des bateaux S. Je me fais même interpeller par un marin, de la famille de Laure, qui lisait ce même blog la veille! Si je disais « que le monde est petit » a chaque fois que je le pensais, je radoterais. Des voisins américains nous donnent des informations précieuses sur NYC (et ou mouiller pas cher). Un couple nordique nous fournit toutes les cartes électroniques nécessaires. C’est « radio-ponton » dans toute sa joie.
Nous n’oublions pas nos devoirs et lavons les cales de Da Boat avec acharnement, puis réparations du ventilo de cale-moteur, usinage d’une contreplaque en bas de foc, étanchéité hublots et évier, réparation du lit scié, électricité du transformateur, protection de la barre de flèche, bouée et feu de retournement, fabrication d’un crochet a poisson, débouchage des cuves a eau noire, dégrippage du moteur d’annexe, vidange moteur, anode sacrificielle a visser sous l’eau etc… bref la routine.
Le devoir accompli, nous visitons l’île en voiture. La nature y est étonnamment belle. Nous voyons des plages parfaites, des falaises donnant le vertiges, une baie quasiment rectangulaire qui est un fantasme de piscine, des roches volcaniques font marcher en surplomb d’une mer aux remous inquiétants.
Nous partons, les cales pleines, vers les Saintes. Quel plaisir de se délasser en apnée, a la recherche de langoustes. Un vrai supermarche, comme d’habitude par ici, et nous enchaînons les repas. Finalement, rien ne bat le fait de simplement les bouillir (pas trop) et de la manger avec un bon aïoli.
Treve de treves, et la saison des cyclones se rapproche: nous partons vers New York le 16 Mai au matin.

Da capitaine a.k.a Da Langouste slayer

Une réflexion au sujet de « Guadeloupe »

  1. Gaillard

    Merci de nous faire partager les moments magiques comme ceux plus difficiles,votre détermination est inspirante.En espérant être là quand votre mat apparaîtra au large des terres françaises!David

    Répondre

Laisser un commentaire